Happy 2019

To put it kindly, 2018 was kind of mixed bag for me. Pretty great travel-wise but also pretty challenging personally. In my 2018 note a year ago I was speaking of travel therapy. We casually associate traveling to escaping, and during these last years of traveling a lot I had trouble acknowledging how much of it was actually about running away. It felt more that ceasing an opportunity that, as everybody said around us, wasn’t going to last forever. When our project to finally settle in, with the building of our own house, got started, I maybe looked a little less kindly on these years of freedom. Frustrated with the difficulty of the building process and blinded by some idea of self-sacrifice I had lost touch with the simple idea of being benevolent toward yourself. Realizing that, I started 2018 with the motto that I deserved the good things life had to offer, small of big. This meant I deserved the escape and I acknowledged that I also needed it. Getting rid of your guilt isn’t easy, but with the challenges this year threw at me, I got better at letting go and enjoying what was in front of me.

Our best and long-awaited trip this year was also our first, in March, to the Okinawa islands in Japan. The winter before had been full of disappointments and I had just lost my dear grandmother, and the islands felt like a balm against all our sores. This is somehow comforting to know that we can always run back there if things took a bad turn! It had been four years since our last trip to Japan and I was surprisingly as enchanted as the first time, marveling at details I had forgotten or thought I had dreamt the first time around. The ache of leaving was appeased by the belief that we could allow ourselves to go back to Japan before the year was over. We actually came up with this “silver lining” rule that said that each time our moving in was significantly delayed we would earn the right to go back to Japan.

After much hesitation (involving a possible trip to Scotland with depressing airbnbs and a hefty budget) we settled on northern Portugal for our summer vacation. Sadly the trip was clouded by construction issues and our apartment being burglarized. There were some good moments, but looking back I think we were slightly disappointed, also because I had pictured a much wilder and less crowded experience.

Summer ended and it looked like we would not move into our house in November which meant we flew to Japan at the beginning of October (don’t you love this rule?), when everyone is still settling into coming back to work, which was exhilarating and felt like a redo of our summer holidays. We stayed there for 18 days, our longest trip to date, and it felt like stolen time, away from the rest of the world, which is sometimes what traveling should be made of. We explored the Kii peninsula, driving through Wakayama, Nara and Mie prefectures, ending in Osaka. I already mentioned the fact that Japan has a way to make you forget about all the other destinations. You may have been to all sorts of places, you go there and suddenly you can’t remember the other nor pinpoint why you wanted to go elsewhere. This means this October trip could very well have been the last of the year. But I had received a mail in June that was slowly and mysteriously making it way in my mind.

It was from Pauline Bijvoet, the creator of Scarlette New Delhi, and she was inviting me India. Very high on my list of places I-want-to-go-back-to-but-always-finds-an-excuse-not-to is India. I have been there twice in the past, loved it and swore I’d go back, only to abandon each time because of the ridiculous amount of things to see, and the difficulty to reach said things. This year, a fellow traveler said to me, with the kind of casual tone that makes your dilemmas vanish, that if you really like a place you’re bound to come back again and again. As simple as it sounds, it made the head-scratching task of picking itineraries much more relaxed for me. I suddenly felt ready to come back to India, and not to cover half a continent in ten days but instead to get a taste to see if I really still loved it as much as the first time. With the help of Elisabeth at Scarlette we came up with a slow itinerary that looked like an introduction to northern India, Delhi, the Taj, Jaipur and a little time in the countryside to unwind. It all happened right before Christmas, and I’m so happy I didn’t dismiss the idea firsthand, like I would maybe have done last year. It was very interesting to compare our memories from the south of the countries (from 8 and 12 years ago!), what I had been told about the North to what our experience ended up being. I have to write about it in more details here since I know India is seen as a big milestone for a lot of travelers and what was true about it in the past isn’t necessary anymore.

What will be happening in 2019?

Our construction is well underway now, and if we really move in during the Spring this will mean the first trimester will be about planning our move and getting some work done. It’s not set in stone though, as we’ve learned these past years ! That doesn’t mean I’m not planning trips in the back of my head. If we do move I’m looking forward to driving to Northern Italy and to the French Alps. If my dreams involve flying somewhere I’m drawn to the forests near Seattle and in Canada, still curious about Taiwan and still dreaming of doing that Norway trip we’ve been thinking about forever.

Strangely, even though it could be a year of many changes, I’m not having too many expectations about it. I’m actually starting 2019 with this idea in the back of my mind, sometimes you get so worked up about getting some part of your life to a certain point that you don’t stop to realize that some other areas are blossoming, that they’re in this really sweet spot that may not last or ever come back. Happy 2019, let’s enjoy it, cause there will only ever be one like it!

PS : In case you missed them, our trips to Japan and India are already rather well documented in my highlighted stories on Instagram.

Mon année 2018 aura été un peu douce-amère, souvent intense, souvent rude mais avec quelques belles respirations. J’en sors tout de même plus épanouie et pas fâchée d’en être enfin sortie. Dans ma note de début d’année 2018 j’esquissais l’idée de thérapie par le voyage. C’était aussi un aveu du double sens de l’idée d’évasion qu’on associe souvent un peu à la légère à l’idée de voyage. Durant ces dernières années où les voyages se sont enchaînés régulièrement je ne me suis jamais vraiment penchée sur ce qui pouvait aussi ressembler à une fuite en avant. J’avais le sentiment de saisir l’opportunité de voyager pendant qu’il était encore possible de le faire. Quand a émergé notre projet de construire une maison, et de quelque part s’installer plus sérieusement, j’ai porté un regard moins bienveillant sur ces années de liberté. Frustrée par le chemin de croix qu’est la construction et aveuglée par l’idée du sacrifice j’ai fini par perdre de vue une idée simple, celle qu’on ne peut pas avancer si l’on ne fait pas preuve de bienveillance pour soi-même. Forte de cette réalisation, j’ai commencé 2018 avec le motto que je méritais ce que la vie pouvait avoir à m’offrir de bon, les grandes comme les petites choses. Cela voulait dire m’avouer que je méritais de m’échapper et que surtout j’en avais besoin. Se débarrasser de son sentiment de culpabilité n’est jamais simple, mais les épreuves de cette année m’auront au moins rendue meilleure à lâcher prise et à profiter de ce que j’ai en face de moi.

Notre voyage le plus mémorable de cette année aura sans conteste été le premier, en mars, à Okinawa au Japon. L’hiver qui l’avait précédé avait été riche en déceptions, je venais de perdre ma chère mamie, les îles m’ont semblé être un véritable baume. Je trouve un peu de réconfort dans l’idée que si les choses prenaient un tour douloureux, nous pourrions toujours nous enfuir là-bas à nouveau ! Il s’était passé quatre ans depuis notre dernier voyage au Japon et ce voyage avait étrangement un goût de première fois, émerveillée par une quantité de menus détails que j’avais oublié ou que je pensais avoir rêvé la première fois. La torture du départ était apaisée par l’idée que si le cœur nous en disait, nous pourrions bien nous autoriser à y retourner avant la fin de l’année. C’est à ce moment que la règle du “silver lining” a commencé à prendre forme, à chaque fois que notre emménagement prendrait un retard significatif nous gagnerions le droit d’aller au Japon.

Après moult hésitations et un voyage avorté en Ecosse pour cause de budget faramineux et d’airbnbs sinistres, c’est finalement dans le nord du Portugal qu’on décida de passer nos vacances d’été. Malheureusement le voyage fut plus qu’obscurcit par des problèmes de construction et un cambriolage de notre appartement parisien. Bien sûr il y eut de bons moments, mais avec le recul je crois que nous avons tout de même été un peu déçus, probablement parce que j’avais imaginé (et espéré) une expérience un peu plus sauvage et moins de touristes…

C’était la fin d’un été difficile et avec le report à 2019 de notre emménagement, et non pas en novembre, c’est dans au Japon qu’on s’apprêtait à passer une bonne partie du mois d’octobre (cette règle est probablement ma plus belle idée de l’année). Partir au moment où tout le monde vient à peine de rentrer de vacances avait quelque chose de jubilatoire et avait des allures de seconde chance pour nos vacances d’été gâchées. Ces 18 jours au Japon, notre plus long voyage à ce jour, a été comme du temps volé, loin du reste du monde. C’est parfois ce que le voyage a besoin d’être. On aura exploré la péninsule de Kii dans un road trip contemplatif au travers des préfectures de Wakayama, Nara et Mie, avant de clore le voyage avec Osaka. J’ai probablement déjà dû raconter ici comment le Japon est une destination qui a le don de vous faire oublier toutes les autres. Même quand on a beaucoup voyagé, les souvenirs d’ailleurs s’embrument tout à coup et on a soudainement bien du mal à se rappeler où on rêvait d’aller, et surtout pourquoi. Ce voyage d’Octobre était donc bien parti pour être le dernier de l’année, mais c’était sans compter sur un mail que j’avais reçu en juin et qui avait fait lentement, et mystérieusement, son chemin dans ma tête.

Le message venait de Pauline Bijvoet, la créatrice de Scarlette New Delhi, et il s’agissait d’une invitation à venir en Inde. Tout en haut de la liste des endroits où-je-dois-retourner-mais-trouve-toujours-une-excuse-pour-ne-pas-le-faire trône l’Inde. J’y suis allée deux fois par le passé, ai adoré et juré d’y retourner pour à chaque fois me décourager devant la quantité effarante de choses à voir et la difficulté pour accéder aux trésors en question. Cette année, une amie voyageuse m’a dit, au détour d’une phrase, avec la décontraction qui chasse vos dilemmes d’un revers distrait de la main que quand on aimait un endroit on était voué à retourner encore et encore. Aussi simple que cela paraisse, ce simple constat aura grandement facilité le casse-tête des choix cornéliens qui vont avec le dessin d’un itinéraire. J’était soudainement prête à retourner en Inde, et pas pour tenter de couvrir un demi-continent en dix jours mais plutôt pour y remettre un pied histoire de savoir si je l’aimais toujours autant. Avec l’aide d’Elisabeth chez Scarlette on a donc mis sur un pied un itinéraire slow aux allures d’intro à l’Inde du Nord avec Delhi, le Taj, Jaipur et un petit tour par la campagne pour ralentir encore un peu plus. J’ai réussi à placer le voyage juste avant Noël, assez fière d’avoir sauté le pas alors qu’un an plus tôt je me le serais sûrement interdit. L’expérience nous aura permis de comparer nos souvenirs du sud du pays (il y a huit et douze ans !) avec tout ce qu’on avait pu nous dire de l’Inde du Nord. J’ai très envie d’en parler ici un peu plus en détail car je sais que l’Inde est souvent considérée comme un rite de passage pour beaucoup de voyageurs.

Quid de 2019 ?

Notre construction a bien avancé et si on emménage comme prévu au printemps cela voudra sûrement dire que le premier trimestre sera consacré à la préparation du déménagement et à travailler sérieusement pour pouvoir être plus libre plus tard. Pour autant, rien n’est gravé dans le marbre, on l’aura appris à nos dépends ! Cela ne veut pas dire que je n’ai pas quelques idées de voyages en tête. Si on finit par déménager plus au sud, j’ai hâte de pouvoir aller explorer le nord de l’Italie et les Alpes en voiture. Si je m’autorise à rêver un peu plus loin, ce sont les grandes forêts près de Seattle et au Canada qui m’attirent, tout comme Taiwan et la Norvège, où l’on s’imagine aller depuis des années maintenant.

Bizarrement, même si il pourrait s’agir d’une années de grands changements, je suis plus sereine à l’idée de ne pas trop en attendre. Je commence 2019 avec à l’esprit le fait que trop souvent on est obnubilé par une partie de sa vie qu’on cherche à emmener quelque part sans réaliser que d’autres aspects prospèrent et connaissement même peut-être un âge d’or qui ne durera peut-être pas. Une belle année 2019 à vous tous donc, et profitons-en, car il n’y en aura qu’une comme elle !

PS : si vous ne les avez pas déjà vus, nos voyages au Japon et en Inde sont assez bien documentés dans mes stories à la une sur Instagram.

Be first to comment