The place : Yodokô guest house, Ashiya, Japan

I remember finding out that house in Blade Runner wasn’t a decor, but a real Los Angeles building from Frank Lloyd Wright, the Ennis House. I was puzzled not only by the fact that it existed but also by the idea that it had been built in the twenties, and not by some outsider architect, but by a world-class one. Time passed and I didn’t get the opportunity to go to Los Angeles, and so my relationship with what is sometimes called Mayan Revival stayed a flickr-fueled fantasy.

Then, when we went to Japan last year, I heard about Frank Lloyd Wright’s Yodokô guest house. I found out that Wright had a rather significant Japanese period, living there for a while between 1917 and 1922 as his career and reputation in America were hitting a road block. He designed sixteen buildings in his time there, six of them being actually built and taught a few disciples that would perpetuate his teachings after he left. How much influence would Japan have on this style or simply how curiously aligned was his architecture principles with those of the vernacular architecture, it’s difficult to tell. It’s hard not to make the connection though, particularly when you know that early mid-century modernism in California would definitely start with Asian influences.

The Yodoko Guest House was designed in 1918 (a few years before the Ennis House), and built in 1924. You can definitely see a link between the designs, but while in California it’s tempting to make that Maya association, here what comes to mind is more Wright’s obsession with the geometry involved in ukiyo-e, Japanese traditional woodblock prints.

The house belonged to a rich sake brewer and was built  in collaboration with Arata Endo, one of his disciples, which explains why the building is a hybrid of western and eastern design. The house looks incredibly modern for its time, but also rather complex and enigmatic in its structure. I can’t help but think that the original owner must have cherished how cryptic the architecture looked and how very Japanese if was to affirm one’s status with such an erudite choice.

______________

Yodokô Guest House, open on wed, sat and sun from 10am to 4pm
Ashiya is 45 minutes away from Osaka by train. Stop at Ashiyagawa or Ahiya and walk up the hill to get to the house, here’s the access map.
I also love the small town of Ashiya and its peaceful river.

Je me rappelle du moment ou j’ai réalisé que ce décor de Blade Runner n’en était pas un, mais un vrai bâtiment de Los Angeles conçu par Frank Lloyd Wright, la Ennis House. J’apprenais que non seulement cette maison était une réalité, mais elle avait été bâtie il y avait près d’un siècle, et pas par un architecte pariah mais par un des plus grands du XXème siècle. Le temps passa, et, n’ayant pas l’opportunité d’aller à Los Angeles, ma relation à ce qu’on appelle parfois le Mayan Revival resta au stade d’un fantasme flickr.

C’est l’année dernière, quand nous sommes allés au Japon que j’entendis pour la première fois parler de la Yodokô guest house. J’ignorais alors que Wright avait une une période japonaise, vivant au Japon de 1917 à 1922 alors que sa carrière aux Etats-Unis s’essouflait et qu’un scandale le poussait à s’exiler. Il aura conçu seize projets là-bas, dont six réalisés, et formé une poignée de disciples qui perpétueront ses enseignements après son départ. Quelle influence aura vraiment eu le Japon sur son style ou simplement à quel point ses convictions architecturales étaient alignées avec celles de l’architecture vernaculaire, c’est difficile de le dire. Pourtant on est bien tenté de faire la connexion, surtout quand on sait que les débuts du modernisme californien seront fortement influencés par l’Asie.

La Yodokô guest house sera conçue en 1918 (quelques années avant la Ennis House), et construite en 1924. On peut clairement voir une parenté entre les deux, mais autant en Californie l’association avec le répertoire de formes Maya est tentante, ici, ce qui vient à l’esprit c’est plutôt l’obsession de Wright pour la géométrie présente dans les Ukioye-e, ces estampes japonaises traditionnelles.

La maison appartenait à un riche brasseur de saké et a été construite en collaboration avec Arata Endo, un de ses disciples, ce qui explique pourquoi le bâtiment est un tel mélange d’éléments occidentaux et orientaux. La maison devait être incroyablement moderne pour son temps, mais aussi complexe et enigmatique par sa structure. J’ai tendance à imaginer que le propriétaire devait chérir ce côté cryptique de l’architecture, et puis, quoi de plus japonais que d’affirmer son status avec un choix aussi érudit, opaque pour les non-initiés.

______________

Yodokô guest house, ouvert les mercredi, samedi et dimanche de 10h à 16h
Ashiya est à 45 minutes d’Osaka en train, vous pouvez vous arrêter à Ashiyagawa ou Ashiya. Ensuite il faut monter la colline pour arriver jusqu’à la maison, il y a une carte d’accès ici.
J’aime beaucoup la petite ville d’Ashiya avec sa rivière paisible.

Be first to comment