The mood : Keuruu in August, Finland

We spent part of our in time in Finland in Keuruu, a small town in the center of the country, right in the area they call “the thousand lakes”. I’m always very curious to see these utterly not-touristic parts of a country because despite how common they are to the eyes of the local, they’re generally very remarkable to me. They give you an insight on what “normal” means in these places.

Biking around the newer parts of Keuruu I was very impressed by how the houses looked. This is a million miles away from the French countryside I grew up in, with its mix of stone houses and 80’s homes, all different somehow and all decked with flowers and quaint ornaments. The Finns are famous for their functionalism that flirts with austerity and this was definitely tangible there: the houses looked like model homes, most of them being impeccably maintained one-floor wooden structures. There were hardly any outside decorations to be found, barely any flowers, nothing lying around. Another surprising thing was that, despite the fact that this was a rural area, every space around the town was quite organized, with parks and installations you would expect in a more urban setting.

In the end, I found it to be almost troubling, there was the seduction of such harmony and tidiness and at the same time the anguish that comes with uniformity. I often dream of having more of that Scandinavian modernity in France, but seeing it in a rather pure form made me realize what a state of mind it is, and the deeper commitment at the source of it, so different indeed from French values…

Nous avons passé une partie de notre séjour en Finlande à Keuruu, une petite ville du centre du pays, au milieu de la région des mille lacs. Je suis toujours curieuse de ces endroits résolument non-touristiques, si ils sont probablement communs pour les locaux, ils sont en fait assez remarquables pour moi. C’est une manière de découvrir ce que “normal” veut dire ailleurs.

En se baladant à vélo dans la partie plus récente de Keuruu, j’ai été assez fascinée par l’allure des maisons. L’ensemble semblait à des lieux de la campagne que connais, avec son mélange de vieilles pierres et de maisons des années 80, toutes subtilement différentes et toutes “augmentées” de fleurs et d’autres ornements variés. Les finlandais sont célèbres pour leur fonctionnalisme qui confine parfois à l’austérité et c’était particulièrement tangible ici : les maisons, la plupart en bois et à un seul étage, avaient des allures de pavillon-modèle, la plupart extrêmement bien entretenues. A l’extérieur des constructions, rien ou presque, à peine quelques fleurs et aucune décoration ostensible. Un autre détail surprenant était que, malgré le fait qu’il s’agisse d’une zone rurale, les espaces autour de la ville étaient très organisés, avec des parcs et des installations dont j’ai plus l’habitude dans des zones urbaines.

Finalement, l’endroit me donnait un sentiment assez étrange, il y avait la séduction de cette ensemble harmonieux et bien organisé et en même temps l’anxiété qui va avec la peur de l’uniformité. Je rêve souvent d’avoir un peu plus de cette modernité scandinave en France, mais de la voir ici dans une forme assez pure m’a fait réaliser à quel point c’est un état d’esprit en soi et l’engagement profond qui va avec, si différent des mœurs françaises…

1 Comment

Leave a Reply