Feels special : Walden 7, Barcelona, Spain

I remember when I first saw pictures of Walden 7, it was in Monocle and it was the summer we stayed at Villa Extramuros. I couldn’t believe my eyes. This had more to do with an epic movie set for a unique kind of psy-peplum than with social housing.

The gigantic complex was built by Ricardo Bofill’s Taller de Architectura in 1975, on a plot west of Barcelona, which was pretty much in the middle of nowhere at the time, and is still rather suburban today. It was of course very unpopular at the time, despite (or because of) its visionary quality.

I had seen pictures of it before, but none of them can really prepare you for the physical shock of actually experiencing the building. This is an intense, highly sensory place. Scale is the first thing to stun you, it starts with the fortress-like silhouette, the impossibly high and thin portal that follows and once inside it goes on with a complex network of lines stretching in every direction. Pretty soon you’re disoriented, stunned by the complexity of the inner structure. It’s like walking inside a complex jewelry box where all the pieces seem to move around you. You feel outmatched by a brilliant world-builder, an omniscient demiurge whose designs escape human reasoning. Every corridor seem familiar, yet every perspective is different, you go up, you go down, you take a few turns and you’re as good as lost. As you progress aimlessly you feel hypnotized by the rich colors, tiles start to look like precious tones and you feel yourself drowning in these turquoises and blues. Going higher and higher you find yourself walking more slowly. In these open corridors far above the ground, vertigo starts to take its hold, you’re shaken by strong winds coming from the giant holes on the sides of the mega-structure. This really feels like a perilous ascension, getting to these terraced apartments at the top, at the heart of the fortress. On the way down, I exchange a couple of words with a resident, I’m strangely ecstatic, shaken by the place, I ask her about how incredible it must be to live in such an environnement. She offers an embarrassed smile in return,”it’s ok I guess”.

This is hands down the most incredible building I’ve seen in Barcelona, and one of the most impressive buildings I’ve visited.

 

 

It’s here. The easiest thing is to take a taxi from the center of Barcelona.
It’s a private building, which means the doors are closed unless you find somebody willing to let you in.
Right next door is Taller de Architectura’s studio, La Fabrica which is a work of art in itself and can be visited upon request. Sadly our visit was canceled at the last moment, but I think it must be glorious.
To understand the architecture principles behind the building you ca read this excellent article on the ever interesting Misfits’ Architecture blog.

Je me rappelle précisément du moment où j’ai vu pour la première fois des images de Walden 7, il s’agissait d’un article dans Monocle, et c’était l’été où nous étions allés à la Villa Extramuros. Je n’en croyais pas mes yeux. Quel était ce bâtiment incroyable, qui n’avait rien du logement social et tout d’un décor de cinéma hors d’échelle, du genre où on tournerait un péplum post-apocalyptique.

Ce complexe titanesque était signé Ricardo Bofill, et il était sorti du sol en 1975, sur un terrain qu’on qualifierait volontiers de vague, bien à l’ouest de Barcelone. C’est-à-dire un peu au milieu de nulle part à l’époque, et dans la banlieue de la ville aujourd’hui. Le projet n’a bien sûr pas fait l’unanimité, malgré (ou à cause) de sa silhouette visionnaire.

J’avais beau en avoir déjà vu des images, rien ne peut vous préparer au choc physique que provoque la rencontre avec cette architecture. C’est un endroit intense et ultra-sensoriel. L’échelle est la première chose qui vous laisse étourdi, c’est d’abord la silhouette de forteresse qui impressionne, puis le portail démesurément étiré qui mène à l’intérieur, puis les lignes de fuites qui s’étirent dans toutes les directions une fois que l’on pénètre en son cœur. Il faut peu de temps avant d’être désorienté, dépassé par la complexité de la structure. On a le sentiment d’évoluer dans une boîte à bijoux complexe où tous les éléments semblent en perpétuel mouvement, un environnement pensé par démiurge brillant, dont les desseins défient notre raisonnement. Chaque corridor semble familier, pourtant chaque perspective est différente, on monte, on descend, on prend quelques tournants, et déjà, on est perdus. Alors qu’on progresse de façon chaotique, on se laisse hypnotiser par la profondeur des couleurs, et bientôt le carrelage prend des airs de pierres semi-précieuses et on se noie dans ces turquoises et ces bleus. Alors qu’on monte toujours plus haut, les pas se font plus lents. À cette hauteur, dans ces corridors ouverts sur le vide, le vertige règne en maître et on est paralysé par les bourrasques venues des ouvertures géantes qui offrent d’irréelles fenêtres de ciels. C’est une ascension quasi-périlleuse que d’arriver jusqu’à ces appartements tout en haut, en plein cœur de la forteresse. En sortant, j’échange quelques mots avec une des résidentes, profondément marquée par ma visite, je l’interroge sur la vie dans un endroit aussi incroyable, elle offre un sourire gêné en retour “it’s ok, I guess”.

C’est sans conteste le bâtiment le plus incroyable que j’ai vu à Barcelone, et un des plus impressionnants qu’il m’a été donné de visiter.

 

 

Il est ici. Depuis le centre de Barcelone, le plus simple est de prendre un taxi.
C’est un bâtiment privé, les portes sont donc fermées à moins de trouver quelqu’un qui vous laisse entrer.
Juste à côté se trouve La Fabrica, le studio d’architecture de Ricardo Bofill, qui est une oeuvre d’art à lui seul et se visite sur demande. Malheureusement notre visite avait été annulée, mais je ne doute pas que ça vale largement le détour.
Pour comprendre mieux les principes architecturaux qui gouvernent Walden 7, je vous invite à lire cet excellent article sur le toujours très intéressant blog de Misfits’ architecture.   

3 Comments

  • Reply July 12, 2018

    Neill Kramer

    Wow what a unique style of architecture. And cool photos too. Thanks

    • Reply July 12, 2018

      The Voyageur

      Hi Neill, thanks ! If you like this one I encourage you to check out other Bofill project, because they are all pretty impressive. I have on my list a mysterious pyramid he built on the highway between France and Spain…

  • Reply July 20, 2018

    Dan

    I visited Walden and was given a guided tour by a resident. I really enjoyed the views over Ricardo Bofill’s Taller de Arquitectura from the upper walkways. Interesting to think that the construction of Walden 7 began in 1972, when Franco was still in power.

Leave a Reply