Paradise Search : Lord Byron Roma, Italy

For our second time in Rome, I got the opportunity to make a slightly more informed choice on where to stay. This is one of the biggest advantages when you come back somewhere, you don’t have the pressure of the first time and feel much more free to make a more personal choice. In the case of Rome, I wanted to try staying away from the big tourist spots to get a different take on city.
Pour notre deuxième séjour à Rome, il était plus facile pour moi de choisir de façon un peu plus judicieuse le quartier où séjourner. C’est vraiment ce qui est confortable lors d’une deuxième visite, la pression de la “première fois” dissipée, on se sent plus libre de prendre des risques et de faire des choix plus personnels. Dans le cas de Rome, j’avais envie de m’éloigner des centres touristiques pour avoir une chance de découvrir la ville différemment.
Iended up booking two different places, and the first one was the Lord Byron Hotel which is in the north-west of Rome. It’s in a neighbourhood of embassies, private schools and lavish residences, and it was admittedly a much more traditional hotel than what we’re used to.
Au final, ce n’est pas un, mais deux hébergements que j’ai réservés pour ces quelques jours, et le premier était l’hôtel Lord Byron, dans le nord-ouest de la ville. Il est au milieu d’un quartier d’ambassades, d’écoles privées et de résidences sublimes, et c’est, il faut bien l’admettre, un hôtel plus traditionnel que ce dont nous avons l’habitude.

paradisesearch_lordbyron_roma_italy_thevoyageur007

The black, white and gold building is from the thirties and has that modern jewel box quality of the era, with a compact, geometric structure adorned with graphic ornaments.
Le bâtiment blanc, noir et or date des années trente et possède bien ce côté “coffre à bijoux moderne” caractéristique de l’époque avec une structure géométrique et compacte décorée d’entrelacs très graphiques.

paradisesearch_lordbyron_roma_italy_thevoyageur005

Inside, we find that same complexity from the early days of modernism. Rooms are pieced together like sophisticated puzzle pieces, antiques hesitate between classical and modern references and mirrors placed everywhere add a disorienting depth to the interiors.
À l’intérieur, on retrouve cette même complexité des débuts du modernisme. Les espaces s’imbriquent les uns dans les autres comme les pièces d’un puzzle sophistiqué, les antiquités hésitent entre références antiques et modernes et des jeux de miroirs ajoutent une profondeur surréelle aux espaces.

paradisesearch_lordbyron_roma_italy_thevoyageur004

Our room has all the comforts of a hotel of this class yet lacks a little personality. The bed is soft and the velvet on the floor quite plush, so we don’t complain too much…
Notre chambre a le standing qu’on peut espérer d’un hôtel de cette catégorie, mais manque tout de même un peu de singularité. Le lit est confortable et le velours sous nos pieds moelleux, donc on ne se trouve pas trop à plaindre non plus.

paradisesearch_lordbyron_roma_italy_thevoyageur003

The restaurant area is pretty much frozen in time, and having breakfast there might make you feel like some bold 30s duchess who re-purposed her punch silverware to serve fruit salad.
L’étage du restaurant semble un peu figé dans le temps, et a le don de vous mettre dans la peau d’une duchesse excentrique des années 30 qui aurait eu l’audace de recycler son service à punch en argent pour servir de la salade de fruits.

paradisesearch_lordbyron_roma_italy_thevoyageur006

Drama tends to be a big ingredient in high-end hotels decor, but in Rome more than elsewhere it tends to feel like an absolute necessity. Bold stripes, shiny textures, gold details, you name it. What always amuses me is the contrast between this very masculine, almost intimidating, touch and the kindest of welcome you often receive in these kinds of places.
L’idée de dramatiser le décor fait souvent partie intégrante de la recette des hôtels de luxe, mais à Rome plus qu’ailleurs, l’élément fait figure de passage obligé. Ici, ce sont les rayures ultra-graphiques, les textures hyper brillantes et les détails dorés. Ce qui me fait toujours sourire, c’est le contraste entre cette touche très masculine, presque intimidante, et l’accueil extrêmement gentil qu’on reçoit souvent dans ce genre d’endroit.

paradisesearch_lordbyron_roma_italy_thevoyageur002

On the ground floor there’s a library where you can easily get lost in the collection of vintage art books and magazines. One look at the collection of pictures on the shelf and you might even think you’re in somebody’s living room…
Il est facile de se laisser absorber par la collection de magazines et de livres d’art du rez-de-chaussée. En apercevant la collection de photos sur une des étagères, on pourrait même se croire dans le salon de quelqu’un…

paradisesearch_lordbyron_roma_italy_thevoyageur001

I’m talking about the building here, but really, the biggest argument for the hotel is simply the neighborhood. We absolutely adored this side of Rome, full of parks, incredible buildings and empty of tourists. You’re just a few minutes away from the Villa Borghese, which is my favourite place in the city, you’re close to the excellent Museum of Modern Art and you can reach the very interesting neighbourhood of Copppede easily enough. This is a side of the city that we would never had seen otherwise and it really changed my point of view on Rome, so, mission accomplished.
Je parle beaucoup du bâtiment en lui-même, mais au final, le vrai point fort de l’hôtel, c’est vraiment sa situation. On est vraiment tombés sous le charme de cette partie de Rome, pleine de parcs, de bâtiments incroyables et quasi-vide de touristes. L’hôtel est à quelques minutes de la Villa Borghese, mon endroit préféré de la ville, juste à côté de l’excellent Musée d’Art Moderne et relativement prêt du quartier assez excentré, mais très intéressant de Coppede. Jamais nous n’aurions pu autant explorer cette partie de Rome sans y être basés et cela a vraiment changé l’image que j’avais de la ville, donc mission accomplie !

026paradisesearch_lordbyron_rome_italy_thevoyageur019

In the end, I would recommend the Lord Byron if you’re looking to discover another side of the city, maybe if you’ve already been there or combined with a more central accommodation, like we did (since I feel it would be pointless to stay there and go to the center of Rome everyday). As for the hotel itself, I would personally be more happy with it if it got a little bit of an update, not so much a huge renovation, but a revamp that would let its history shine through and dial down the anonymous hotel details that get in the way of the experience (I sort of fantasize a Wes Anderson-esque take on the place…). They have the size to offer more of a boutique experience and I feel they could go that way.

__________________

Lord Byron Roma, Via Giuseppe de Notaris, 5

Au final, je recommanderais vraiment cette adresse si vous avez envie de découvir un autre visage de Rome, peut-être si ça n’est pas votre première visite où alors combinée à un hébergement un peu plus central (car je pense que ça n’a pas de sens d’être basé là et de faire chaque jour l’aller-retour avec le centre). Quant à l’hôtel lui-même, personnellement, je le préférerais après une petite mise à jour, pas vraiment une grande rénovation, mais plus une somme de petits ajustements qui permettraient de mieux mettre en valeur son histoire tout en se débarrassant de ces détails un peu anonymes venus de l’hôtellerie traditionnelle qui enlèvent un peu de la magie du lieu (je fantasme un peu une version Wes Anderson de l’endroit). Ils me semblent suffisamment petits pour pouvoir prétendre proposer quelque chose qui se rapproche plus du côté intimiste d’un boutique hotel, et je pense qu’ils devraient aller dans cette direction.

__________________

Lord Byron Roma, Via Giuseppe de Notaris, 5

1 Comment

Leave a Reply Click here to cancel reply.

Leave a Reply to The place : Coppede, Rome, Italy | The Voyageur Cancel reply