Happy 2018

Dear readers,

First of all, thank you for your fidelity during the past year and welcome to those who have just discovered The Voyageur. I’d like to wish you the very best for the year to come and especially to remain curious and hungry for new discoveries. To me, this is such a big part of happiness and fulfillment and one of the very reason I want to keep up with The Voyageur.

At the beginning of last year I was still rather in the dark about where we would travel in 2017. I knew we would have to keep things on a reasonable scale because of our project to build a house, and for the first time I was very undecided about where to go. My mind was focused on the house and to be honest it felt like a sort of betrayal to dream about something else. For the first time since a long time I wasn’t really fantasizing about traveling. The year went by, and we soon found out that the house was going to pose a lot of challenges. It seemed like a never-ending, slow-motion, struggle and in a way it made me fall in love with travel all over again. In comparison, I marveled at the easy and quick satisfaction it brought. Dragged down by multiple issues, I felt the thrill of escaping once again (even if these days you’re always an e-mail away from finding out about new problems). If we fast-forward to the end of 2017, it’s ultimately the perspective of a new exciting trip that allowed me to see past our current troubles and find the will to carry on. Travel therapy it is!

2017 started with a trip to the Azores in April. At first, we were supposed to go to California, but I switched gear at the last minute because of time, money and LA traffic (that trip is half prepped so I’m thinking it might still happen!). The Azores were a fantastic surprise and such a calming, grounding trip, I can only recommend it. In June, we came back to Barcelona with the intent to see the city a little bit off-the beaten track. It was mission accomplished and a very inspiring trip for us unfamiliar with this region of Spain. In August we flew to Romania for a roadtrip of sorts through the rural areas of Transylvania and Maramures with a stop in the bigger city of Cluj Napoca. It’s a trip I had been thinking about for a while and it felt like a way more cost-savvy alternative to the Norway trip I originally had in mind for our summer. It was a bit of a bet (frightened and puzzled reactions were frequent before we left) but also turned into a great, eye-opening trip. It was one more proof that it’s often very rewarding to visit places you’re very ignorant about. This felt like true discovery, which is what I run on ! Combining the recommendations of two good friends we then decided to head to Greece in October with a week-long trip between Athens and the island of Tinos. I already knew I loved Greece, but discovering Athens was like finding out about a treasure that was right under your nose. We had a great time and I came back energized and positive. In November, I was prepared to declare our travel season over before I heard of the new YSL museum finally opening in Marrakech. I had been waiting for it with great anticipation, so this was the perfect excuse for a spontaneous trip to Morocco to get just a little bit more sunshine before the year was done.

This was also the first year we could fully enjoy the benefits of renting a car. This meant more travelling off-the-beaten track and also more local cooking than ever for me, which I’m quite passionate about. I love the local markets, I love cooking new products, I love kitchens in far-flung places, I love these new living rooms, terraces and picnic spots. Food and travel are among my favorite things and this really brings the two together. This year brought us to a tiny farmer’s market in Greece where I bought jars of capers and tomatoes from a granny, had me make way too much sandwiches from that Azorean bread called  Bolo Lêvedo, cook in a fairy tale farm kitchen in Transylvania and have a private dinner in a Moroccan riad. I now pack way too many food in my luggage (on the way in, but also on the way back) and put way too much stock in whether an airbnb has a cheese grater or not.

What about 2018? Not much is settled yet, but what is feels pretty major to us. We had been postponing it for way too long, so we finally decided we will be going back to Japan in March. This is going to be a little bit unorthodox (but not more than that first trip where we didn’t go to Tokyo!) because we will be heading to the Okinawa prefecture, an archipelago thousand of kilometers south of Tokyo, and therefore we won’t set foot on the “mainland” this time. We’re beyond excited and can’t seem to stop thinking about it. Needless to say that it feels like the very thing that will get me through the Parisian winter!

What else ? I’m still curious about Spain, and Madrid in particular. I feel like I need to go back to Italy, one way or another, the Northern lakes sound nice, but almost anything Italian is a good idea in my book. I still haven’t gotten round to go back to Belgium for a very design and architecture-centric trip, so that’s still in the back of my mind. Pictures of Tenerife and Lanzarote islands have really caught my eye lately and the volcanic landscape always sounds appealing. I doubt we’ll go to Asia twice, but I’m still curious about Taïwan and anything Japanese. These days I’m also quite tempted by Canada or Oregon, which seems so different from what we’ve already done… We’ll see, not too much planning turned out great for 2017, so going with the flow might be a good intuition.

See you soon!

Chers lecteurs et lectrices,

Tout d’abord, merci pour votre fidélité durant cette année qui vient de s’écouler, et bienvenue à celles et ceux qui viennent de découvrir The Voyageur. Je vous souhaite le meilleur pour l’année à venir, et surtout de chérir votre envie de découverte et votre curiosité. Pour moi, ils sont indissociables de l’idée de bonheur et d’épanouissement et restent le fil rouge de l’aventure de ce blog.

Au début de l’année dernière, j’écrivais qu’un voile d’indécision planait sur nos projets de voyage. Je savais que la raison allait vouloir qu’on reste relativement modestes sur nos ambitions pour pouvoir mener de front notre projet de construction de maison. Pour la première fois, j’avais du mal à me fixer sur une ou plusieurs destinations. La vérité, c’est que mon esprit était concentré sur notre future maison et que, à ce moment-là, rêver à autre chose avait presque un goût de trahison. Je me sentais un peu détachée des fantasmes de voyages qui m’avaient tant obsédée ces dernières années. Et puis, à mesure que l’année avançait, une autre réalité est apparue, celle de la succession ininterrompue des challenges qui vont de pair avec la construction. Prise dans cette lutte qui se déroule au ralenti et qui semble sans fin, j’ai repris la mesure de ma passion pour le voyage. En comparaison, la satisfaction immédiate qu’il apportait me paraissait incroyable. Accablée par les complications, j’ai à nouveau ressenti ce vrai désir d’évasion (même si, j’allais le découvrir, même à des milliers de kilomètres, on est toujours rattrapé par un e-mail de mauvais augure). Et si on accélère même jusqu’à la fin de 2017, c’est la perspective excitante d’un futur voyage qui m’aura permis de voir au delà des problèmes du moment et de trouver l’énergie de relativiser. C’est la thérapie par le voyage !

2017 a commencé avec un voyage aux Açores en avril qui était parti pour être un séjour en Californie. Prise de doutes (le manque de temps, le budget plus conséquent que prévu, le challenge de la conduite à Los Angeles) au dernier moment j’ai finalement changé tous nos plans et ce fut sans regret. Les Açores ont été une très belle surprise et pour moi une destination sereine et ressourçante que je ne peux que recommander. En juin, nous sommes retournés à Barcelone avec l’intention de découvrir la ville un peu hors des sentiers battus. Mission accomplie pour ce petit séjour très inspirant pour nous qui connaissons mal ce coin d’Espagne. En août, c’est en Roumanie qu’on est partis pour un genre de road trip aux travers des campagnes de Transylvanie et des Maramures avec une étape dans la ville historique de Cluj Napoca. C’est une destination à laquelle je pensais depuis quelques années et un choix économique par rapport au coûteux voyage en Norvège que j’avais initialement imaginé pour nos vacances d’été. Nous avons pris un pari (l’annonce du voyage aura été accueillie avec une certaine incompréhension dans notre entourage) qui s’est avéré gagnant et sommes rentrés ravis de notre aventure. C’était là une preuve de plus qu’on est souvent récompensé quand on choisi des destinations qui ne demandent qu’à être découvertes. Ce sentiment de lever le voile sur des trésors insoupçonnés est vraiment ce qui me pousse à voyager. A l’automne, et sur les recommandations de deux amies, c’est en Grèce qu’on a décidé d’aller prolonger l’été avec une bonne semaine passée entre Athènes l’île de Tinos. Je savais déjà que j’aimais beaucoup la Grèce, mais la découverte d’Athènes – si tardive ! – a été une épiphanie. Comme à chaque fois, je suis revenue de Grèce centrée sur l’essentiel et remplie d’énergie positive. Je pensais que nos voyages de l’année allaient finir sur cette note quand j’ai vu passer un article annonçant l’ouverture du nouveau musée Yves Saint Laurent à Marrakech. Je guettais son ouverture depuis longtemps et cela semblait être la parfaite excuse pour un petit séjour à Marrakech et pour une dernière dose de soleil avant que l’année touche à sa fin.

C’était aussi la première année où nous pouvions vraiment profiter du fait de pouvoir louer une voiture. Cela ouvrait la possibilité de voyager vraiment plus hors des sentiers battus et aussi pour moi de vraiment cuisiner en voyage, ce qui est rapidement devenu pour moi une attraction supplémentaire. J’adore faire les marchés locaux, j’adore ces cuisines où je ne fais que passer, j’adore ces salons, ces terrasses, ces spots de pique-nique improvisés que l’on habite pour un instant. La cuisine et le voyage font partie des choses que je préfère, et, sans surprise, la combinaison des deux me réjouis énormément. Cette année, j’aurais acheté des câpres et des tomates séchées à une mamy grecque sur le minuscule marché de Tinos, j’aurais fait une multitude de sandwiches avec ce pain tendre des Açores appelé Bolo Lêvedo, j’aurais investi une cuisine de ferme digne d’un conte au fin fond de la Transylvanie et nous aurons dîné seuls dans un riad silencieux dans la médina de Marrakech. Mes bagages sont plus que jamais encombrés par des provisions (à l’aller et au retour) et j’accorde une importance probablement démesurée à la présence d’une râpe à Parmesan dans les cuisines des airbnbs !

Et pour 2018 ? Peu de chose sont gravées dans le marbre pour l’instant, mais ce qui l’est est loin d’être anodin pour nous. Cela fait bien trop longtemps qu’on rongeait notre frein, mais, ça y est, nous retournons enfin au Japon en mars ! Le voyage n’est pas très orthodoxe (mais quelque part, pas moins que notre premier voyage où nous n’étions pas allés à Tokyo) puisqu’il se déroulera uniquement dans la préfecture d’Okinawa, à des milliers de kilomètres de Tokyo, et que, par conséquent, on ne mettra pas les pieds sur “l’île principale”. Je suis très, très enthousiaste et la perspective de ce voyage tant attendu occupe beaucoup mes pensées ! C’est sans nul doute l’arme secrète qui m’aidera à passer l’hiver parisien.

Quoi d’autre ? J’ai toujours envie de découvrir l’Espagne un peu plus, notamment Madrid. Je sais aussi que j’ai besoin de retourner en Italie, les lacs du Nord me font toujours envie, mais presque n’importe quelle partie de l’Italie semble une bonne idée pour moi. C’était déjà sur ma liste de l’année dernière, et nous n’avons pas eu l’opportunité d’y retourner, mais je suis toujours motivée par un séjour très design et architecture en Belgique. Ces derniers mois, j’ai aussi été captivée par des images des paysages volcaniques des îles de Lanzarote et de Ténérife. S’il est peu probable qu’on aille en Asie deux fois cette année, je n’en suis pas moins toujours curieuse de Taïwan et forcément du Japon. Si je laisse mon esprit me porter un peu plus loin, je rêve aussi un peu de Canada ou d’Oregon, qui semblent si différents de ce que l’on a déjà pu faire… Nous verrons bien, finalement le flou dans lequel 2017 a commencé a donné lieu à de belles surprises, c’est peut-être une bonne philosophie !

A très bientôt !

1 Comment

  • Reply March 10, 2018

    Hotel Akshaya

    Nice and informative blog. I’d suggest you if plan to stay in vizag the best hotel is Hotel akshaya. There services all good and very affordable price of so on. Let check click here : http://hotelakshaya.in

Leave a Reply